Les ruches au repos

Mi novembre 2014

Le froid tarde à venir et les colonies sont toujours très actives, difficile à cette date d’estimer les éventuels bénéfices de cette météo ou si les abeilles s’épuisent inutilement. En ce qui me concerne je poursuis la mise en pot de la récolte de l’année, et le premier tri du matériel.

Cadre

Mi octobre 2014

Certaines zones, où le bocage a pris une bonne claque lors des premiers remembrements, sont peu susceptibles de fournir la quantité nécessaire à la survie d’un rucher standard de 25 ruches que l’on retrouve chez la plupart des apiculteurs pro. Cependant certains agriculteurs ont eu la bonne idée de semer du sarrasin parmi les repousses de céréales.

Cadre de miel et couvain

Mi septembre 2014

Sur cette photo au premier abord banal on peu retrouver le paysage idéal pour la survie de l’abeille avec au premier plan une prairie naturelle ou se succèdent une grande variété de plantes mellifères, au centre un roncier et son gros potentiel quelle que soit la météo, en arrière-plan le châtaignier et à droite revoilà l’arbre têtard… Du miel de chêne ?

Une abeille butine une fleur de bourrache

Premiers jours de juin

Ce début juin est destiné à faire le point sur les effectifs présents sur les différents ruchers sédentaires en prévision de la principale miellée qui devrait bientôt arriver. En effet pour le Nord Mayenne et les régions voisines il y a ce que l’on appelle un trou de miellée qui court chaque année du 20 Mai au 20 Juin. Cette période sans entrée majeur de nectar et pollen est tout à fait naturelle et se reproduit chaque année à la même date à quelques jours près.

Champ de pissenlits

Bilan météo

12,4°C le matin, 19,6°C l’après midi.
Le temps est au beau fixe depuis des semaines, ceci est sans conséquence vu les pluies abondantes de cet hiver. Sur cette photo, un des très beau champs de pissenlits que les abeilles ont pu butiner et ainsi poursuivre leur développement avec des pollens sains.

Fin des visites

2,4°C le matin, 18,5°C l’après midi.
Toutes mes visites de printemps sont terminées avec 3,5% de pertes pour cet hiver très très doux. C’est la première fois que je me trouve à jour aussi tôt en saison. A titre de comparaison, l’an passé à cause du mauvais temps, j’ai fini le même travail le 8 mai. Grâce à cette météo clémente les floraisons se succèdent, ci-dessous une très belle haie (replantée) composée de pruniers, de saules,  noisetiers…